FREE-to-RIDE

FREE-to-RIDE

Survie la Familia

 

APP_7245.jpg


Stage du 23 et 24 novembre, toujours en LOZERE, 10h, temps soleil et nuageux avec du vent. frais mais pas froid pour l'instant. Inédit sur les stages deux familles et deux trois décennies d'écart. la Familia Antoine et la Familia le Barbarre.

En route pour l'aventure c'est un peu tard dans la saison le glanage de nourriture va être compliqué.

la rivière a un bon débit un peu haut, mais ça va le faire pour les franchissements. confection d'un passage et test pour Pat le Barbarre.

 

APP_7264.jpg

APP_7268.jpg

 et voila de pierre en pierre ça passe ... yes. Les autres choisissent une autre technique.

APP_7259.jpgAPP_7271.jpg

recherche de menthe et mélisse pour la tisane bien chaude pour le soir et petit déjeuner.

APP_7326.jpg

 de vers de bois pour les protéines et pour la pèche du soir.

APP_7316.jpg

paysages fabuleux comme d’habitude je ne m'en lasse jamais... quel bonheur. APP_7333.jpg

 

passage vers le trou de Reboul des gorges magnifiques avec une eau limpide, et la première fois dans nos aventures une stagiaire en traversant sur  un arbre couché, la branche casse et c'est la chute dans l'eau glacé.... (brigitte) de l'eau au ventre dans un courant, vite remonte....

c'est reparti, tant bien que mal aucune blessure, chacun prête un peu de vêtements secs. Et l'aventure continu, tout en haut des gorges il faut re-traverser la rivière et ce coup ci en montant sur les branches d'un arbre, pas compliqué mais pas facile. il faut faire appel a la force des jambes et celle des bras, ...le passage délicat, Antoine nous ouvre le passage, montre ou s'accrocher et comment traverser...

c'est au tour de Brigitte elle passe bien les branches, s'accroche au tronc pour se laisser glisser vers l'autre rive et voila soudain qu'elle glisse progressivement et zou !!! une deuxième fois a l'eau en moins de trois quart d'heure,d'une hauteur de trois mètres plus de peur que de mal récupéré par Antoine sur l'autre berge il faut vite traverser pour aller au camp de base afin de faire rapidement du feu pour sécher. Tout le monde passe, on trouve un coin idéal pour le camp de base, Antoine allume le feu d'un coté moi de l'autre pour faire sécher les vêtements et le duvet pour pouvoir dormir cette nuit car tout est trempé.

Les équipes se forment pour construire l'abri pour cette nuit, il fait du vent il fait humide et très froid autant de paramètres a tenir compte pour l’emplacement, Angie & Kty, Vincent & Allan, Brige & Pat et le solitaire Antoine. Chacun sa technique mais au final les 4 abris sont nickels plus ou moins haut...le but est de se préserver du froid de l'humidité.

Angélique part a la pèche a la main, un groupe s'occupe de faire du bois et l'autre de préparer une bonne tisane de menthe et mélisse pour se réchauffer, il fait de plus en plus froid.

La nuit tombe rapidement en effet en cette période il n y a pas beaucoup de feuilles donc on a perdu énormément de temps pour confectionner les abris.

Angélique sort de l'eau rapidement elle est gelé elle et l'eau, pas de poissons au repas.

Pas le temps de mettre des pièges, des lignes de fond, la nuit tombe, allez c'est la soupe d'orties et tomates vertes trouvés dans la journée et puis après cuisson a l'eau frétillante des champignons ( giroles ) et bien sur les traditionnelles châtaignes cuitent  sur une vieille taule trouvé a la rivière, un peu d'arbouse, Bref un repas délicieux... pour des survivors...

Tous autour du feu, le froid et l'humidité de la rivière s'installent peu a peu sur nos épaules, d'un commun accord, la fatigue et le confort spartiate n'aidant pas ... tous au lit, il est 19h. Une nuit éprouvante, froide, les pieds gelés, réveil régulièrement, le matelas de feuilles est un peu dur pour certain et au petit matin, dur dur les têtes d'une mauvaise nuit mais sans mauvaises surprise, exemple une visite de sangliers car ça arrive. Tous petit a petit se rassemblent autour d'un feu, et une bonne tisane nous permet un peu de chaleur dans le corps car il fait toujours très froid. Allez démontage du camp, sécuriser et nettoyer le coin et s'est reparti pour une découverte de la rivière sèche parcours sélectif repéré il y a un mois par Pat et Antoine ( voir article sur le blog ).

La aussi de bon matin avec pas grand chose dans le ventre des châtaignes et pommes d'un pommier sauvage avec énormément de gouts, l'ascension est difficile, les jambes sont lourdes et le souffle court. Mais de nombreuses chutes d'eau et cascades magnifiques, un plaisir des yeux et une beauté de la nature. Des passages en escalades, des descentes techniques,  un bon déploiement de force demandé. Et jamais deux sans trois en effet Brige, glisse, se raccroche in-extremis au bord du ravin, la, j ai eu peur car dessous un vide de plusieurs mètres et une chute a cet endroit c'est la casse assuré et vu l’étroitesse des gorges et la végétation aucun accès hélico possible, donc il aurait fallut organiser des atèles et brancard pour la descendre au plus accessible.

Une galère que l'on ne veut pas voir dans ce genre d'aventure, donc attention ou l'on pose les pieds, toujours a l'affut et concentré, car le but est de se faire plaisir sans se faire de mal.

Enfin encore une fois un bon réflexe, un instinct de survie et la bonne racine au bon endroit.

Fatigué et rempli de paysage merveilleux lors de ce stage, nous rentrons tous aux véhicules afin de regagner nos foyer respectifs et reprendre des forces pour la prochaine aventure.

Encore un week-end ou la nature est numéro 1, elle nous a dictée sa loi... a nous d'en faire bon usage et cohabiter en la préservant.

 

Merci a mes stagiaires pour leurs comportements tout au long de ce wek-end.

 

PAT le Barbarre   blog :  http://survinat.blog4ever.com/  & http://free.to.ride.blog4evver.com/

 

 

 

 



25/11/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres